Les sorties des Scribtonautes

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Rayure10
Rayures d'autofic
Les sorties des Scribtonautes
Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 L-oeil12

L'oeil du diable - de Gaya Tameron
Les sorties des Scribtonautes
Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 00606711
L'automne des magiciens, Tome 3 - La passeuse d'ombres de @Hélène
Les sorties des Scribtonautes
Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Couv-e10
Parfum/Empoisonné de @Cess
Les sorties des Scribtonautes

Plume, version intégrale de @"Daji"
Les sorties des Scribtonautes
Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 27781811
de Maanilee
Les sorties des Scribtonautes
Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Gabari13
de Daji
Les sorties des Scribtonautes
Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 51car611
de Aurore C
Les sorties des Scribtonautes
Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 48976710
Nutty Mars avec Startracker et Liv

Continuez ! [jeu ou presque]

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par autofic le Lun 26 Oct - 18:56

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
- C'était son beau père...
autofic
autofic
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 5459
Age : 26
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Dewen le Lun 26 Oct - 18:57

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
- C'était son beau père...

Je poussai un discret soupir de soulagement.

_________________
Je suis la connerie de votre intelligence. – @Miaous
Eh oui. – Cécile Durant
"Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît."
William Somerset Maugham
Dewen
Dewen
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 7329
Age : 19
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par autofic le Lun 26 Oct - 19:01

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
- C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement.
Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.


Dernière édition par autofic le Lun 26 Oct - 19:45, édité 1 fois
autofic
autofic
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 5459
Age : 26
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Invité le Lun 26 Oct - 19:43

Sympa ce texte jeu :)
Correction
De nouveau

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par autofic le Lun 26 Oct - 19:46

N'hésite pas à participer Audrey Razz
autofic
autofic
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 5459
Age : 26
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Invité le Lun 26 Oct - 19:52

Je suis débordée de travail en ce moment
Déjà cest un miracle que je sois ici
Mais merci

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Invité le Lun 26 Oct - 19:56

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.

— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par autofic le Lun 26 Oct - 20:00

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-ils découvert, après tout ce temps ? osai-je.

— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
autofic
autofic
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 5459
Age : 26
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par AliArt le Lun 26 Oct - 20:01

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-ils découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?
AliArt
AliArt
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 6320
Age : 37
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Maanilee le Lun 26 Oct - 20:02

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.


J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette.


Maanilee
Maanilee
Scribtonaute Solaire
Scribtonaute Solaire

Féminin Messages : 8122
Age : 32
Localisation : St Etienne de Tulmont

http://mespetitesmaanies.wix.com/marinegautier

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par AliArt le Lun 26 Oct - 20:03

On a un problème là....Il manque ma phrase!!! :(
AliArt
AliArt
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 6320
Age : 37
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Maanilee le Lun 26 Oct - 20:04

Ahhhh ça c'est pas affiché mais rajoute là, ça change pas la suite ! Wink
Maanilee
Maanilee
Scribtonaute Solaire
Scribtonaute Solaire

Féminin Messages : 8122
Age : 32
Localisation : St Etienne de Tulmont

http://mespetitesmaanies.wix.com/marinegautier

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par autofic le Lun 26 Oct - 20:05

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?

J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette.
Seulement, au fond de moi, j'étais vexé que ce crime parfait revienne à un autre.
autofic
autofic
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 5459
Age : 26
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Invité le Lun 26 Oct - 20:06

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?

J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette. Seulement, au fond de moi, j'étais vexé que ce crime parfait revienne à un autre.


— Son beau-père a tout confessé, rongé de remords semblerait-il.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par autofic le Lun 26 Oct - 20:08

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?

J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette. Seulement, au fond de moi, j'étais vexé que ce crime parfait revienne à un autre.

— Son beau-père a tout confessé, rongé de remords semblerait-il.


Dans ma tête, une question ne cessait de se répéter : comment est-ce possible ?
autofic
autofic
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 5459
Age : 26
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Maanilee le Lun 26 Oct - 20:09

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?

J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette. Seulement, au fond de moi, j'étais vexé que ce crime parfait revienne à un autre.

— Son beau-père a tout confessé, rongé de remords semblerait-il.

Dans ma tête, une question ne cessait de se répéter : comment est-ce possible ?

La réponse survint, trois jours plus tard, au fond de ma boite aux lettres.
Maanilee
Maanilee
Scribtonaute Solaire
Scribtonaute Solaire

Féminin Messages : 8122
Age : 32
Localisation : St Etienne de Tulmont

http://mespetitesmaanies.wix.com/marinegautier

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par autofic le Lun 26 Oct - 20:11

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?

J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette. Seulement, au fond de moi, j'étais vexé que ce crime parfait revienne à un autre.

— Son beau-père a tout confessé, rongé de remords semblerait-il.

Dans ma tête, une question ne cessait de se répéter : comment est-ce possible ?
La réponse survint, trois jours plus tard, au fond de ma boite aux lettres.
Mon père...
autofic
autofic
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 5459
Age : 26
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Invité le Lun 26 Oct - 22:34

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?

J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette. Seulement, au fond de moi, j'étais vexé que ce crime parfait revienne à un autre.

— Son beau-père a tout confessé, rongé de remords semblerait-il.

Dans ma tête, une question ne cessait de se répéter : comment est-ce possible ?
La réponse survint, trois jours plus tard, au fond de ma boite aux lettres. Mon père,
haut magistrat à la Cour, avait tout manigancé. Comme d'habitude.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par autofic le Lun 26 Oct - 22:40

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?

J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette. Seulement, au fond de moi, j'étais vexé que ce crime parfait revienne à un autre.

— Son beau-père a tout confessé, rongé de remords semblerait-il.

Dans ma tête, une question ne cessait de se répéter : comment est-ce possible ?
La réponse survint, trois jours plus tard, au fond de ma boite aux lettres. Mon père, haut magistrat à la Cour, avait tout manigancé. Comme d'habitude.


Je sentais en moi un besoin de tout lâcher, de partir comme ces rebelles sans moral.
autofic
autofic
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 5459
Age : 26
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Dewen le Lun 26 Oct - 22:41

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?

J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette. Seulement, au fond de moi, j'étais vexé que ce crime parfait revienne à un autre.

— Son beau-père a tout confessé, rongé de remords semblerait-il.

Dans ma tête, une question ne cessait de se répéter : comment est-ce possible ?
La réponse survint, trois jours plus tard, au fond de ma boite aux lettres. Mon père, haut magistrat à la Cour, avait tout manigancé. Comme d'habitude.

Je sentais en moi un besoin de tout lâcher, de partir comme ces rebelles sans moral.
Pourquoi ne pas... essayer ?

_________________
Je suis la connerie de votre intelligence. – @Miaous
Eh oui. – Cécile Durant
"Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît."
William Somerset Maugham
Dewen
Dewen
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 7329
Age : 19
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par autofic le Lun 26 Oct - 22:43

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?

J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette. Seulement, au fond de moi, j'étais vexé que ce crime parfait revienne à un autre.

— Son beau-père a tout confessé, rongé de remords semblerait-il.

Dans ma tête, une question ne cessait de se répéter : comment est-ce possible ?
La réponse survint, trois jours plus tard, au fond de ma boite aux lettres. Mon père, haut magistrat à la Cour, avait tout manigancé. Comme d'habitude.

Je sentais en moi un besoin de tout lâcher, de partir comme ces rebelles sans moral. Pourquoi ne pas... essayer ?
J'en avais terriblement envie, de ne plus avaler ces cochonneries qui canalisaient ma vraie nature, mais mon père serait très vite au courant...
autofic
autofic
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 5459
Age : 26
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Invité le Lun 26 Oct - 22:58

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?

J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette. Seulement, au fond de moi, j'étais vexé que ce crime parfait revienne à un autre.

— Son beau-père a tout confessé, rongé de remords semblerait-il.

Dans ma tête, une question ne cessait de se répéter : comment est-ce possible ?
La réponse survint, trois jours plus tard, au fond de ma boite aux lettres. Mon père, haut magistrat à la Cour, avait tout manigancé. Comme d'habitude.

Je sentais en moi un besoin de tout lâcher, de partir comme ces rebelles sans moral. Pourquoi ne pas... essayer ? J'en avais terriblement envie, de ne plus avaler ces cochonneries qui canalisaient ma vraie nature, mais mon père serait très vite au courant...
Sauf si je le tuais. Mon plus grand rêve, ma plus grande terreur.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Invité le Lun 26 Oct - 23:24

Correction
Sans morale

Sinon j adore
Super ce suspens

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par AliArt le Mar 27 Oct - 0:48

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?

J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette. Seulement, au fond de moi, j'étais vexé que ce crime parfait revienne à un autre.

— Son beau-père a tout confessé, rongé de remords semblerait-il.

Dans ma tête, une question ne cessait de se répéter : comment est-ce possible ?
La réponse survint, trois jours plus tard, au fond de ma boite aux lettres. Mon père, haut magistrat à la Cour, avait tout manigancé. Comme d'habitude.

Je sentais en moi un besoin de tout lâcher, de partir comme ces rebelles sans moral. Pourquoi ne pas... essayer ? J'en avais terriblement envie, de ne plus avaler ces cochonneries qui canalisaient ma vraie nature, mais mon père serait très vite au courant... Sauf si je le tuais. Mon plus grand rêve, ma plus grande terreur. Il était peut-être temps d'enfin passer à l'acte.
AliArt
AliArt
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 6320
Age : 37
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Calegal le Mar 27 Oct - 10:09

Sur la plaine verdoyante, derrière un troupeau de vaches laitières, je la vis. Elle se tenait bien droite et observait l'horizon noir. Lorsque la pluie se mit à tomber, elle se mit à rire et se coucha sur l'herbe humide. Je la retrouvais enfin : Léa.

Léa, c'est ce genre de fille qui te fait fondre quand elle éclate de rire, ce genre de fille si imparfaite qu'elle en devient parfaite, ce genre de fille plus belle que la nuit. Je l'adorais, ma meilleure amie enfin retrouvée ! Je ne l'avais plus vu depuis 20 ans, depuis la disparition de son petit ami en fait. Il avait été retrouvé assassiné au fond d'une ruelle, la langue coupée et les entrailles sur le pavé. Je me rappelle encore de mes mains ensanglantées et mon sourire rouge ce jour-là. La jalousie peut-être extrême parfois...

A mesure que je me rapprochais de Léa, je me rappelais le goût du sang coulant dans ma gorge. Mes mains tremblèrent, ma langue s'agita. J'avais à la fois peur de lui faire du mal et envie de l'étrangler. Cette opposition de sentiments ne m'était pas étrangère, j'y avais déjà goûtée. Et au fond de moi, j'aimais ça.

Je déglutis lorsqu'elle tourna la tête vers moi et me demanda si j'allais bien. Malgré mes idées lugubres, je la serrais dans mes bras. Elle avait une grande nouvelle à m'annoncer. Je pouvais le lire dans ses yeux. Je pouvais aussi voir qu'elle redoutait de m'en parler. Ses lèvres s'ouvrirent, hésitantes, et commencèrent à se livrer :
- La police a trouvé le meurtrier de David.

Tout mon corps tremblait maintenant. J'avais pourtant pris toutes les précautions nécessaires.

— Comment avance l'enquête ?
— C'était son beau père...
Je poussai un discret soupir de soulagement. Alors que les yeux de Léa s'embrumaient, je la serrai de nouveau, tentant de la consoler.
— Comment l'ont-il découvert, après tout ce temps ? osai-je.
— Sur son lit de mort, sa mère a avoué que son mari battait son fils à l'époque, et qu'elle avait toujours eu peur de cet homme.
— Mais ont-ils d'autres preuves...concrètes ?

J'avais toujours pensé que cette famille n'était pas nette. Seulement, au fond de moi, j'étais vexé que ce crime parfait revienne à un autre.

— Son beau-père a tout confessé, rongé de remords semblerait-il.

Dans ma tête, une question ne cessait de se répéter : comment est-ce possible ?
La réponse survint, trois jours plus tard, au fond de ma boite aux lettres. Mon père, haut magistrat à la Cour, avait tout manigancé. Comme d'habitude.

Je sentais en moi un besoin de tout lâcher, de partir comme ces rebelles sans moral. Pourquoi ne pas... essayer ? J'en avais terriblement envie, de ne plus avaler ces cochonneries qui canalisaient ma vraie nature, mais mon père serait très vite au courant... Sauf si je le tuais. Mon plus grand rêve, ma plus grande terreur. Il était peut-être temps d'enfin passer à l'acte. Je pourrais lui donner rendez-vous chez moi, seul à seul.

_________________
Créateur de la Ligue Pour la Réhabilitation du Comic sans MS (LPRCSM), et membre du FAD (Front Anti-Dragons)
Calegal
Calegal
Scribtonaute Hyperactif
Scribtonaute Hyperactif

Masculin Messages : 1517
Age : 21
Localisation : Saint-Etienne (42100)

Revenir en haut Aller en bas

Continuez ! [jeu ou presque] - Page 2 Empty Re: Continuez ! [jeu ou presque]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum