Les sorties des Scribtonautes

Pleure le williwaw Rayure10
Rayures d'autofic
Les sorties des Scribtonautes
Pleure le williwaw L-oeil12

L'oeil du diable - de Gaya Tameron
Les sorties des Scribtonautes
Pleure le williwaw 00606711
L'automne des magiciens, Tome 3 - La passeuse d'ombres de @Hélène
Les sorties des Scribtonautes
Pleure le williwaw Couv-e10
Parfum/Empoisonné de @Cess
Les sorties des Scribtonautes

Plume, version intégrale de @"Daji"
Les sorties des Scribtonautes
Pleure le williwaw 27781811
de Maanilee
Les sorties des Scribtonautes
Pleure le williwaw Gabari13
de Daji
Les sorties des Scribtonautes
Pleure le williwaw 51car611
de Aurore C
Les sorties des Scribtonautes
Pleure le williwaw 48976710
Nutty Mars avec Startracker et Liv

Pleure le williwaw

Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Pleure le williwaw

Message par Luptinote le Ven 7 Déc - 20:38

Je me suis éloignée du côté douceur de l'image, j'espère que ça plaira quand même !


Pleure le williwaw


Depuis plusieurs heures déjà, Topadely bataillait contre tout ce que le vent et les frimas pouvaient opposer aux Hommes. Autour d’elle somnolait un paysage désolant, d’un blanc piquant où soufflaient des bourrasques givrées. Loin de la forêt primordiale qui offrait un peu de réconfort aux tribus du froid, des dunes grises proposaient leurs congères traîtres, leurs pentes raides et leurs parois de glace aussi dures qu’abruptes. C’était le règne de l’hiver, la saison des gibiers rares, mais Topadely n’avait encore vu aucun loup ni le moindre oiseau. Et à présent, les rafales se faisaient trop denses pour que les aigles puissent voler. La tourmente n’arrangeait pas ses affaires.

Les haleines coupantes du blizzard la giflaient sans pitié, tentaient de percer ses vêtements et de rafraichir sa peau. Bien que la chasseuse ait été bercée dans ces immensités hostiles et éduquée au milieu de ces tempêtes, quelque chose d’étrange attira son attention. Des voix décharnées se mêlaient à son ouïe, nuancées d’aigus menaçants. La traqueuse ferma les yeux. Ce mugissement modulé de plaintes lancinantes et de grincements rieurs balayait de ses violences le paysage pétrifié. Il s’agissait d’un de ces vents bavards qui ne pouvaient pas parcourir la les reliefs sans siffler contre les crêtes ni grésiller sur la poudreuse.

Topadely saisit dans le vacarme strident une variation infime qui intensifiait le sentiment de tristesse que véhiculait ce souffle élémentaire. Elle reconnaissait ce hululement. Le williwaw. L’un des vents les plus étourdissants de la banquise. À qui savait l’écouter, il racontait des histoires de malheur et de mélancolie poignante. Dans cette tourmente chagrine, le dragon ne volerait pas – jamais il ne quittait sa tanière quand se lamentait le williwaw. Topadely jeta un coup d’œil à sa montre. Il était encore trop tôt pour espérer que la nuit tombe bientôt. Cela n’augurait rien de bon. Si le dragon de leur île restait au sol, alors un autre monstre allait se mettre en chasse : Greyirch. Il allait errer dans les pleurs pour trouver de la chair vivante. S’il remarquait Topadely avant que celle-ci ne s’abrite, elle serait prise au dépourvu face à une attaque fulgurante. Si, en revanche, elle pouvait le traquer et le surprendre… Un sourire carnassier étira ses lèvres couvertes de toile. Son entrain de chasseuse émergea du frimas que la banquise avait insinué en elle. Qui serait-elle aujourd’hui ? Proie ou prédateur ?

Sa seule certitude était celle-ci : elle était en danger. De toutes les bêtes qui hantaient l’île blanche, Greyirch, avait la pire des réputations. Un monstre de muscles, de griffes. S’il pressentait avant elle où la pisteuse se trouvait, il la suivrait, pelage gris sur lit de neige morose, sans bruit ni ombre, pour planter au dernier instant ses crocs dans sa peau tendre. Que se passerait-il ? Se croiseraient-ils ? Trop de dunes se dressaient-elles entre eux ? Qu’importait. Si le destin voulait qu’ils se rencontrent, Topadely devait mettre avant lui le nez sur ses traces. Alors ce serait elle la traqueuse silencieuse, le suiveur fatal.

Ses doigts tremblaient un peu sur le manche de son surin. Le froid, bien sûr, elle y était rompue, depuis dix-sept hivers qu’elle passait entre la poudrerie de glace et les arbres de sa forêt. Elle n’avait rien de commun avec les habitants du centre de l’île, réfugiés autour de sources chaudes, abrités des givrées mortelles. Topadely était une vraie, une dure, une féroce. L’adrénaline, elle connaissait aussi, mais ils étaient rares les jours où le williwaw s’éveillait et qu’elle se retrouvait seule sur le territoire de Greyirch.

Elle se positionna dos au vent pour entrouvrir son manteau de peau sur la largeur d’une main, trouva sa poche intérieure et sa gourde. L’excitation faisait monter sa température. Fait trompeur, car si elle s’arrêtait trop longtemps, sa fourrure enroulée autour de son buste nu ne suffirait plus à conserver sa chaleur corporelle. Elle repartit donc en accélérant le pas vers son igloo. Le williwaw n’en était qu’à ses balbutiements, mais déjà il couvrait le bruit de ses bottes rembourrées dans la couche de neige fraîche. Les flocons qui s’écrasaient sur ses sourcils n’étaient pas très épais, mais leur abondance et leur ballet chaotique bouchaient le champ comme les grands brouillards d’été.

Topadely progressa jusqu’à ce que le vent pleureur se mette à hurler ses plaintes et atteigne sa pleine puissance. Son monologue fluide aux trémolos stridents transpirait une force presque agressive, la promesse d’une méchante morsure à qui dévoilerait une parcelle de chair. Topadely le subissait le long du fin liseré dénudé qui lui permettait de voir. Aux aguets, elle ne distinguait rien, ne sentait rien de suspect. Au bout d’une heure, elle commença à songer qu’elle parviendrait aux abris de son clan sans anicroche et ce constat brassait en elle un cocktail de confort fainéant et de déception inconsciente. Ni chasse ni aventure pour aujourd’hui.

Greyirch avait de la...

Elle se figea. Là. Infime, insaisissable, présent. La vagabonde ferma les yeux. Cette odeur... Un parfum musqué avait chatouillé ses narines sous son cache-nez avant d’être soufflé par les bourrasques.

Elle rouvrit les paupières et, une main en visière pour se protéger des fouets floconneux, pivota sur elle-même vers l’origine de la tempête. Elle ne vit rien. Presque rien. Ce fut à peine un frôlement à l’angle de son œil, un détail sans forme ni consistance qui, pourtant, s’était mu.

Un sourire mauvais étira ses lèvres. Elle descendit un peu le tissu qui la couvrait des pommettes jusqu’au cou et, faisant fi des crocs de givre du vent, elle dévoila son nez, renifla. Elle en eut le cœur net : quelque chose rôdait. Proche.

Ce n’était pas l’odeur de mort que certains grands ours distillent dans leur sillage. C’était plus doux que les relents de charognes ; Topadely y retrouvait des parfums de sueur, de fourrure humide, de souffle fétide. La flagrance se perdit rapidement, mais la jeune femme avait la certitude que Greyirch se trouvait dans les parages. Malheureusement pour elle, les indices de présence s’effacèrent très vite. Soit le monstre s’était éloigné en suivant une route lointaine, soit il l’avait repérée, elle, et se tapissait pour mieux mener son assaut.

Pour se dissimuler, elle choisit une éminence presque verticale que des semaines de vent et de neige avaient patinée pour la rendre dure et lisse. Un mur de glace haut de deux mètres qui la protègerait d’une attaque par-derrière. Elle s’accroupit le long de la paroi, les yeux grand ouverts, la respiration régulière malgré la douleur de l’air dans ses sinus, sa gorge et sa trachée.

Elle patienta pour que Greyirch se trahisse de nouveau, mais il ne se manifesta pas et, avant de se mettre à grelotter de froid, Topadely dut repartir. Elle se faufila entre des dunes frigorifiées, dans des travées étroites, pour soudainement se hisser à l’air libre, humer, scruter la banquise, puis disparut très vite dans les anfractuosités du relief.

Au bout de quelques minutes de ce déplacement haché, elle sentit à nouveau cette odeur forte de chien mouillé, de respiration chargée d’esprits alimentaires. Aussitôt, elle marcha à quatre pattes vers le sommet d’une éminence. Rien. Le brouillard, la poudreuse et le givre bouchaient l’horizon. Cette fois, il n’y eut pas un mouvement.

Topadely se jeta au bas de la colline. Si Greyirch était camouflé, elle-même était visible, avec sa peau tannée de soleil, ses cheveux très bruns et ses vêtements de cuir et de poil gris. Elle tira de son fourreau son surin et progressa en gardant la lame à l’air libre, sur ses gardes.
Elle repéra un cul-de-sac qui lui permettrait de monter une garde sommaire durant quelques minutes, le temps de saisir si la bête la traquait réellement.

Elle tourna le dos aux parois blanches et s’accroupit. Elle n’eut pas à attendre longtemps.
Les effluves revinrent. Dans la lumière trouble, où l’on ne sait si le soleil éclaire ou ombre de paysage, elle crut distinguer des silhouettes qui disparurent aussitôt. De plus en plus, ça sentait le loup. De plus en plus, elle frissonnait de trouille et d’excitation. Mais avait-elle le bagage suffisant pour vaincre le prédateur de la banquise ? Des guerriers autrement plus farouches qu’elle y avait laissé la peau. Qu’importait. Perdue dans le williwaw, elle n’avait guère le choix.

À propos de vent, elle capta quelque chose d’étrange. Un son grave, un tambourinement feutré et régulier. Des pas. Le bruit d’une démarche surpassait le chagrin de la tempête. Ce devait être gros, pesant et... proche à la toucher.

Pourtant, ses yeux ne voyaient toujours rien !

À moins que la bête ne vienne de derrière elle.

Avant qu’elle n’esquisse un mouvement, Topadely entendit clairement la chute lourde, sourde et amortie d’une masse, juste là. Dans son dos. L’instant d’après, le souffle puant d’un animal lui tiédit la nuque, embauma son visage.

Trop tard.

Sa traque avait échoué, mais elle ne partirait pas sans une petite danse. Peut-être blesserait-elle Greyirch avant qu’il ne la tue !

D’un bond, elle se retourna, lame brandie avec une grimace de défi, mais son cri de rage mourut sur ses lèvres.

Devant elle se tenait un chien. Un chien immense, au long museau, à la robe blanche marbrée d’un gris bleuté. Juché sur son dos par un solide harnais de cuir, un homme levait une main amicale dans sa direction. Lestement, il sauta au sol. Topadely reconnut les manteaux tissés de laine que portaient les habitants des sources chaudes, les bottes plus fines que les siennes, car les Intérieurs ne marchaient que rarement dans la neige. Sa face était recouverte de grosses lunettes étanches et enroulée dans une écharpe épaisse. Quand il parla, son souffle ne passa même pas à travers, ne s’éleva pas en nuages de vapeur blanche.

— Madame, une tempête approche ! Vous devez rentrer avec nous avant la nuit !

Topadely soupira. La science des Intérieurs était impressionnante – ils lisaient assez bien les aléas du temps.

— Nous avons prévenu votre village, tous sont en route pour se réfugier en ville.

Il lui tendit un bras obligeant.

— Montez, madame. Nous y serons dans quelques heures.

La jeune femme tourna le nez vers l’arrière. Peut-être Greyirch ne serait-il ni une proie ni un prédateur, ce soir. Une tempête, ou pire, un vent catabatique, pouvait se révéler plus meurtrière encore qu’un monstre affamé. Des semaines durant, des mètres de neige pouvaient tomber sur leur campement. Cela était déjà arrivé, six ans auparavant, et les quelques réfractaires qui avaient préféré leur igloo à la sécurité de l’exil n’avaient jamais été retrouvés.

Topadely accepta le bras tendu du chevaucheur de chien et se laissa entraîner vers l’animal. De son long museau, il flaira l’inconnue, mais n’émit aucun commentaire. En quatre mouvements fluides, tous deux s’installèrent sur le dos large de la bête, qui les porta vers le nord.

Dans son chemin, la monture canine s’arrêta d’un bloc. Elle huma, gronda, aboya soudain à l’encontre d’un détail invisible dans la distance. La jeune femme leva le nez pour sentir elle aussi ce qui l’inquiétait, et finit par la percevoir – une puanteur de charogne.

Elle eut un rictus madré.

« Après l’hiver, songea-t-elle, on se reverra. »



Dernière édition par Luptinote le Mar 18 Déc - 15:56, édité 1 fois

_________________
« Il faut que les phrases s’agitent dans un livre comme des feuilles dans une forêt, toutes dissemblables en leurs ressemblances. » Flaubert

Scutigère véloce : la bête à abattre
Luptinote
Luptinote
Scribtonaute de la Galaxie
Scribtonaute de la Galaxie

Féminin Messages : 4551
Age : 24
Localisation : Suivez la souris jaune !

Revenir en haut Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Re: Pleure le williwaw

Message par AuroreC le Jeu 13 Déc - 20:32

Pour la forme

Se mêlaient l’immensité grise, les haleines glacées d’un blizzard dont le mugissement strident modulé de plaintes lancinantes et de grincements rieurs figeait dans ses violences un paysage pétrifié.
Cette première phrase est un peu compliquée, j'ai dû la relire 3 fois pour la comprendre

elle où la pisteuse de trouvait
se trouvait

J'ai eu du mal à savoir si le williwaw c'était Greyirch.
Si oui tu peux rendre la phrase
où le williwaw s’éveillait et qu’elle se retrouvait seule sur le territoire de Greyirch.
en où le williwaw s’éveillait et qu’elle se retrouvait seule sur son territoire.

Si ce n'est pas le cas, je n'ai pas compris qui était Greyirch

Perdue dans le williwaw, elle n’avait guère le choix.
:colere: C'est quoi le williwaw : un personnage ou un lieu ?

Pour le fond :


J'ai dû eu mal à entrer dans le texte. Des tournures phrases un peu compliquées et un manque de fluidité à certains moments. J'aime bien l'univers, le côté un peu mystérieux du williwaw. Je pense qu'il y aurait moyen d'alléger un peu le texte.
AuroreC
AuroreC
Scribtonaute Éloquent
Scribtonaute Éloquent

Féminin Messages : 329

https://auroreuniverse.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Re: Pleure le williwaw

Message par Luptinote le Ven 14 Déc - 13:28

Merci Aurore ! Le williwaw est un vent catabatique, le Gretirch est une invention : en gros c'est le prédateur.
Je vais affiner tout ça.

_________________
« Il faut que les phrases s’agitent dans un livre comme des feuilles dans une forêt, toutes dissemblables en leurs ressemblances. » Flaubert

Scutigère véloce : la bête à abattre
Luptinote
Luptinote
Scribtonaute de la Galaxie
Scribtonaute de la Galaxie

Féminin Messages : 4551
Age : 24
Localisation : Suivez la souris jaune !

Revenir en haut Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Re: Pleure le williwaw

Message par Cess le Ven 14 Déc - 14:48

Se mêlaient l’immensité grise, les haleines glacées d’un blizzard dont le mugissement strident modulé de plaintes lancinantes et de grincements rieurs figeait dans ses violences un paysage pétrifié.
Je trouve cette phrase vraiment pas édivente, et ça commence dès les 1ers mots
manque un "et" entre grise et les halaines, puisque t'as que 2 trucs qui se mêlent

Topadely saisit dans les voix décharnées une nuance aiguë et menaçante, une variation infime qui intensifiait le sentiment de tristesse que véhiculait le souffle primaire.
pas évident non plus
les voix de qui ?

Son entrain carnassier émergea du frimas que la banquise avait insinué en elle.
hein ?

Le cracheur de flammes n’effrayait pas les humains
comme tu dis "Le" on croit que tu parles de la bête d'avant... tu parles de quoi ?

S’il pressentait avant elle où la pisteuse de trouvait
mais "elle" et la pisteuse c pas la même personne ? :panique:

blanc sur blanc
hein ?

Topadely devait mettre avant lui le nez sur ses traces.
hein ?

Alors ce serait elle la traqueuse silencieuse, le suiveur fatal.
hein ?


Bon, je n'ai pas du tout accroché. Les phrases longues et lourdes plus le flou artistique de la narration m'ont vraiment perdue. Je pense qu'il faudrait permettre au lecteur d'entrer plus doucement dans le texte.

_________________
Fiche personnelle de Cess
Cess
Cess
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 6737
Age : 33
Localisation : Berzé-la-Ville

http://ecris-danse.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Re: Pleure le williwaw

Message par Snarkk le Mar 25 Déc - 23:27

Malheureusement, tout comme mes consoeurs, j'ai eu du mal à rentrer dans le texte. L'ambiance est posée et elle me plait. Les êtres qui y évoluent m'intriguent, mais... c'est l'une des très rares fois ou je constate une plume objectivement de qualité et une recherche de la musicalité qui vont, paradoxalement, desservir le texte.

Le texte est beaucoup trop chargé au niveau des enjolivures et des tournures de phrase. En temps normal, j'apprécie. Mais sur un format aussi court, ça me perturbe, car je prends trop de temps à détricoter la phrase est pas assez à m'intéresser à l'action et aux personnages, qui se retrouvent relégués à l'arrière-plan.

C'est surtout visible dans la première moitié du texte, qui comporte trop de fioritures à mon goût. Alors que dans la seconde partie, tu te fais plus incisive et j'ai pu m'immerger dans ton récit. Malheureusement, c'est plutôt l'inverse que j'aurai apprécié ! Une fois l'action et les personnages bien identifiés, c'est le moment de se faire plaisir et d'enchaîner quelques très belles tournures de phrases. Avant, ça pèse trop sur le récit.

Bref, ça m'emmerde de tailler une belle plume, mais je trouve le texte trop indigeste. Au final, c'est comme une pâtisserie fine, remplie de bons ingrédients, mais surchargée de petites décorations et autres aliments : tu ne sais plus par où l'attaquer pour l'apprécier.
Snarkk
Snarkk
Scribtonaute Discret
Scribtonaute Discret

Masculin Messages : 93
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Re: Pleure le williwaw

Message par Nimue le Dim 30 Déc - 17:44

qui ne pouvaient pas parcourir la les reliefs


Sa seule certitude était celle-ci : elle était en danger
Pour éviter la répétition -> Sa seule certitude : elle était en danger.

Les flocons qui s’écrasaient sur ses sourcils n’étaient pas très épais, mais leur abondance et leur ballet chaotique bouchaient le champ comme les grands brouillards d’été.
:coeur:

qui les porta vers le nord
vers le Nord.

Dans son chemin
Sur son chemin ?

Elle eut un rictus madré
Pas fan de rictus madré.

Alors, j'ai mis du temps à venir commenter ton texte parce que dans sa première version, je n'arrivais pas à passer le premier paragraphe, trop riche en tournures et décousu. Cette nouvelle version me plaît beaucoup. Il y a encore peut-être un poil de "fioritures" au début du récit, mais à cette lecture, je me suis laissée porter sans problème et il y a beaucoup de beaux mots/belles images. Je me suis retrouvée avec Topadely dans ce froid, suspendue à sa traque, et j'ai trouvé l'histoire originale. Le seul bémol si je dois en mettre un est que je n'ai pas vraiment pu raccrocher ton texte à l'image du mois. Pour le reste, j'aime toujours autant ta plume, merci du partage :)
Nimue
Nimue
Scribtonaute Étoilé
Scribtonaute Étoilé

Féminin Messages : 705

Revenir en haut Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Re: Pleure le williwaw

Message par Maanilee le Jeu 3 Jan - 20:36

Ben je viens à contre courant de tout le monde mais moi j'ai adoré, une héroïne au caractère bient trempé qui ne se laisse dompter ni par le vent ni par le prédateur, de belles phrases très visuelles. Bref j'étais à fond dedans, assez frustrée d'ailleurs de pas avoir le combat mais un texte riche en promesse de suite !

_________________
Dealeuse d'AT. Thermomix de l'écriture. Leader du gang anti-anacoluthes. Fervente disciple de Clonette. ♥️
Maanilee
Maanilee
Scribtonaute Solaire
Scribtonaute Solaire

Féminin Messages : 8119
Age : 32
Localisation : St Etienne de Tulmont

http://mespetitesmaanies.wix.com/marinegautier

Revenir en haut Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Re: Pleure le williwaw

Message par Luptinote le Ven 4 Jan - 13:38

Merci pour vos retours, ce texte sera une bonne base pour un futur très long texte alors je vais avoir le temps de rallonger et de disperser les fioritures.
Contente que tu sois emballée Maa Razz

_________________
« Il faut que les phrases s’agitent dans un livre comme des feuilles dans une forêt, toutes dissemblables en leurs ressemblances. » Flaubert

Scutigère véloce : la bête à abattre
Luptinote
Luptinote
Scribtonaute de la Galaxie
Scribtonaute de la Galaxie

Féminin Messages : 4551
Age : 24
Localisation : Suivez la souris jaune !

Revenir en haut Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Re: Pleure le williwaw

Message par gaya tameron le Dim 6 Jan - 21:13

J'ai bien aimé l'ambiance de ton texte. Contente de savoir que tu comptes en faire une version plus longue !
gaya tameron
gaya tameron
Scribtonaute de la Galaxie
Scribtonaute de la Galaxie

Féminin Messages : 4368
Age : 42
Localisation : Jura

Revenir en haut Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Re: Pleure le williwaw

Message par StarTracker le Mer 9 Jan - 11:27

Salut !
Personnellement, j'ai beaucoup aimé ! L'héroïne est attachante, les monstres hyper bien présentés ! Pour moi, la narration ne me semble ni lourde ni confuse (mais je ne lis pas la première version).

A+ !
StarTracker
StarTracker
Scribtonaute Hyperactif
Scribtonaute Hyperactif

Féminin Messages : 1807
Age : 28
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Re: Pleure le williwaw

Message par Daji le Mer 9 Jan - 20:11

Je valide le contrepied ! C'est bien mené, et j'aime bien cette héroïne qui n'a pas froid aux yeux. Quelques lourdeurs peut-être, mais dans l'ensemble, c'était fluide.

_________________
Fan incontestée de Clonette :coeur:
Daji
Daji
Scribtonaute de l'Espace
Scribtonaute de l'Espace

Féminin Messages : 2708
Age : 31

http://melodiesmacs.wixsite.com/mondeirreel

Revenir en haut Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Re: Pleure le williwaw

Message par Luptinote le Lun 14 Jan - 13:13

Merci pour vos retours ! ♥️

_________________
« Il faut que les phrases s’agitent dans un livre comme des feuilles dans une forêt, toutes dissemblables en leurs ressemblances. » Flaubert

Scutigère véloce : la bête à abattre
Luptinote
Luptinote
Scribtonaute de la Galaxie
Scribtonaute de la Galaxie

Féminin Messages : 4551
Age : 24
Localisation : Suivez la souris jaune !

Revenir en haut Aller en bas

Pleure le williwaw Empty Re: Pleure le williwaw

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum