Les sorties des Scribtonautes

Une semaine à Lacanau de @"Gaya Tameron" : ICI
Les sorties des Scribtonautes


À la vie, à la mort de @"Gaya Tameron"
Dispo : ICI
Les sorties des Scribtonautes


L'apprenti Oiseau de @"Gaya Tameron" : ICI
Les sorties des Scribtonautes


10-65 de @L.Williams : ICI
Les sorties des Scribtonautes

La Fugitive : L'automne des magiciens T1. de @Hélène : ICI

Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski [fantasy - renaissance italienne]

Aller en bas

Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski [fantasy - renaissance italienne]

Message par Luptinote le Sam 1 Sep - 3:22

Gagner la Guerre
Jean-Philippe Jaworski








Quatrième de couverture :


 « Gagner une guerre, c'est bien joli, mais quand il faut partager le butin entre les vainqueurs, et quand ces triomphateurs sont des nobles pourris d'orgueil et d'ambition, le coup de grâce infligé à l'ennemi n'est qu'un amuse-gueule. C'est la curée qui commence. On en vient à regretter les bonnes vieilles batailles rangées et les tueries codifiées selon l'art militaire. Désormais, pour rafler le pactole, c'est au sein de la famille qu'on sort les couteaux. Et il se trouve que les couteaux, justement, c'est plutôt mon rayon... »

Gagner la guerre est le premier roman de Jean-Philippe Jaworski. On y retrouve avec plaisir l'écriture inimitable de l'auteur des nouvelles de Janua vera et don Benvenuto, personnage aussi truculent que détestable. Le livre a obtenu en 2009 le prix du Premier Roman de la région Rhône-Alpes et le prix Imaginales du meilleur roman français de fantasy.

Jean-Philippe Jaworski, né en 1969, est l'auteur de deux jeux de rôle : Tiers Age et Te Deum pour un massacre. Il conjugue une gouaille et un esprit de contes de fées à la Peter S. Beagle avec l'astuce et le sens de l'aventure d'un Alexandre Dumas.



Mon avis :





Beaucoup de lecteurs ont déjà rédigé quelques paragraphes pour chanter les louanges de ce livre, et je m'ajoute volontiers à cette liste, en espérant vous communiquer l'envie, voire le besoin pressant, de vous plonger dans cette œuvre.

Je n'ai jamais aimé la mer.

Croyez-moi, les paltoquets qui se gargarisent sur la beauté des flots, ils n'ont jamais posé le pied sur une galère. La mer, ça secoue comme une rosse mal débourrée, ça crache et ça gifle comme une catin acariâtre, ça se soulève et ça retombe comme un tombereau sur une ornière ; et c'est plus gras, c'est plus trouble et plus limoneux que le pot d'aisance de feu ma grand-maman. Beauté des horizons changeants et souffle du grand large ? Foutaises ! La mer, c'est votre cuite la plus calamiteuse, en pire et sans l'ivresse.



L’intrigue.

Je l’ai écouté, et le conteur n’a fait qu’amplifier mon plaisir. 35 heures de lecture : j’ai dévoré ce roman en une semaine, puis j’ai remis le couvert pour une seconde écoute.
Le personnage principal, Benvenuto, manie une ironie délicieuse. C’est un spadassin – assassin – maître espion désabusé qui a tout du parfait héros de fantasy sombre : solitaire, sans amis ni famille, doué, capable de tuer sans état d’âme. Il a fait partie d’une guilde de mercenaires secrets : les chuchoteurs, ce qui ajoute à sa superbe.
Ajoutez à cela qu’il évolue dans un monde de fantasy réaliste inspiré de la renaissance italienne : le savoir-vivre de la bonne société, les roueries politiques, la soif du pouvoir, l’art, tout cela tient une place déterminante dans l’intrigue et le décor. On veut tout voir, chaque description est un cadeau de l’auteur.
Seulement, voilà.
Dans ce décor ingénieux, avec ce superbe personnage de Benvenuto, on a droit à toutes les surprises du monde. Solitaire, on va lui lancer à la face ses liens d’amitié ou de parenté. Assassin professionnel, on va l’utiliser. Amoureux de sa ville, la mirifique Ciudalia, cité fortifiée en bord de mer, on va la lui faire quitter.

C’est un des charmes de Ciudalia : tous ces grands qui se détestent sont voisins de palier, et ils n’ont qu’à faire deux pas dans la rue pour saluer le sénateur qui a voté le bannissement de leur père ou le patricien dont ils ont empoisonné le fils aîné.



Les rebondissements ne veulent jamais s’arrêter, et on subit avec Benvenuto les aventures forcées qu’il va vivre, les espoirs et les désillusions qui n’arrêtent pas de pleuvoir sur sa gueule cassée.
J’ai été tenue en haleine.
C’est également de la fantasy intelligente. On va éviter les notions abstraites et les sentiments d’honneur, d’amour, d’amitié.
À mon sens, en se focalisant sur la vie, l’argent, le pouvoir, l’auteur s’est débarrassé de tous les parasites qui auraient enlevé du crédit à son roman.

L’écriture :

A force d’écrire, je me concentre sur ce qui fait d’un roman un bon exemple d’écriture. Avec Gagner la Guerre, j’ai pris une claque.
Les éléments importants, faits, lieux, personnages, sont tous importés quelques paragraphes, ou même chapitres à l’avance. Un ami va resurgir ? On en parle bien avant. Une ville va jouer un rôle primordial ? On loue ses architectures. Un peintre aura son mot à dire ? Dévoilons ses œuvres avant même de rentrer à Ciudalia.

"Vous voulez que je vous dessine ? Topons là ! Pour vous encadrer, je n'ai pas besoin d'un style ou d'une lame. A très grands traits, voilà mon sujet : un homme vieillissant, que son génie bien réel a fini par condamner à la cécité et à la solitude. [...] Ce vieil imbécile risque sa vie et sa réputation en poursuivant une chimère : il pense pouvoir m'offrir une rédemption par l'art. Quelle foutaise ! L'art ne rachète rien, surtout pas une conscience. C'est la clef de votre échec avec moi : c'était vous, le naïf, et c'était moi, le réaliste."



La rédaction révèle un vocabulaire plus que riche. J’ai appris tellement de mots, engrangé tellement de synonymes, que mes écritures qui ont suivi Gagner la Guerre on subit un coup de fouet bienvenu.
Il existe beaucoup de  commentaires vantant le style du livre, la qualité de la langue et, pourtant, ce n'est pas un roman ampoulé. La fluidité reste maîtresse de manœuvre.

Gagner la Guerre, c’est un musée pour de personnages, de lieux, de techniques littéraires et de vocabulaire.
Inscrivez-vous à audible, recevez cette histoire gratuitement, et appréciez.

C’est un coup de cœur comme je n’en avais pas eu depuis longtemps.


_________________
« Il faut que les phrases s’agitent dans un livre comme des feuilles dans une forêt, toutes dissemblables en leurs ressemblances. » Flaubert

Scutigère véloce : la bête à abattre
avatar
Luptinote
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 3984
Age : 23
Localisation : Suivez la souris jaune !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski [fantasy - renaissance italienne]

Message par Maanilee le Sam 1 Sep - 6:55

Je ne connaissais pas du tout ce livre, mais une chose est sûre tu donnes envie de le découvrir !

_________________
Dealeuse d'AT. Thermomix de l'écriture. Leader du gang anti-anacoluthes. Fervente disciple de Clonette. ♥️
avatar
Maanilee
Scribtonaute de l'extrême
Scribtonaute de l'extrême

Féminin Messages : 6996
Age : 31
Localisation : St Etienne de Tulmont

http://mespetitesmaanies.wix.com/marinegautier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski [fantasy - renaissance italienne]

Message par Calegal le Sam 1 Sep - 10:51

Une très bonne fiche. Personnellement je n'ai pas aimé à ce point même si j'ai passé un bon moment, je pense que je basais trop d'attentes dessus.
Juste pour info, Jaworski a aussi écrit un recueil de nouvelles "Janua Verra" dans lequel on retrouve plusieurs histoires évoquées dans ce roman, notamment le passé de Benvenuto, quelques guerres, les elfes etc... C'est un bon complément et ça se lit assez vite

_________________
Créateur de la Ligue Pour la Réhabilitation du Comic sans MS (LPRCSM), et membre du FAD (Front Anti-Dragons)
avatar
Calegal
Scribtonaute Hyperactif
Scribtonaute Hyperactif

Masculin Messages : 1499
Age : 20
Localisation : Saint-Etienne (42100)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski [fantasy - renaissance italienne]

Message par Cess le Dim 2 Sep - 16:30

Et un de plus sur ma liste :)
Merci pour cette fiche détaillée.

_________________
Fiche personnelle de cess
avatar
Cess
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 3599
Age : 32
Localisation : Berzé-la-Ville

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski [fantasy - renaissance italienne]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum